Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Delphine PICHARD a participé à l'ultramarathon de la Transvulcania (Espagne)

14h10mn56s d'effort pour Delphine sur les 75kms de la transvulcania.

Aux canaries sur l'ile de la palma, l'ultratraileuse Calaisienne termine 73e féminine.

Bravo Delphine

Le long récit de sa course:

De retour à la maison, il est temps de raconter cette aventure mémorable !!!

La transvulcania 2016, un rêve qui se réalise, quelle chance d'avoir pu y participer !

Que dire, par où commencer...

Il se trouve que je n'étais pas vraiment bien préparée ; depuis mon entorse en janvier, les conditions d'entraînement n'ont jamais vraiment été optimales... Malgré 3 dernières semaines d'affutage assidues (merci Ambroise), je savais que je ne ferai pas de miracle, que cette course serait encore une fois une course au mental, ma spécialité émoticône wink
Mais qd même, je veux être au meilleur de ma forme pour faire de mon mieux sur cette course magique, alors je fais attention à mon alimentation, je gère le sommeil et la fatigue inutile, je me détends au maximum les qq jours qui précèdent la course, no stress... je suis déjà dedans, difficile de parler d'autre chose.
..

L'hôtel est magique, le lit est aussi large que long, il faut bien ça pour 5h de sommeil !
Pâtes à 19h, reconnaissance et dernières infos, prépa du matériel, dodo 21h30, réveil à 2h30, pfff bizarre... douche pour tenter de faire comme si tout était normal lol...
Petit dej à 3h, dur y a pas gd chose qui passe, navette en bus à 4h, arrivée au phare vers 4h30, et on attend que tout le monde arrive... l'ère de départ se met en place, c'est beau, je frissonne d'émotions (ou c'est ptet le vent... commence à faire froid là)... je passe au contrôle à 5h33 et on attend encore...
Je suis en queue de peloton, il y a 1700 coureurs au départ ; décompte... 6h pile et c'est parti pour 74km et 4500m de dénivelé posit
if !!!

On part au niveau de l'eau, on remonte au phare, on bifurque à flanc de colline, dans le sable et la caillasse, il y a de plus en plus de monde et le chemin est de plus en plus étroit... 6h10 et je n'ai toujours pas fait un km, ni même vraiment couru, compliqué ce départ émoticône unsure
Au premier ravito il fait jour, je crois que j'ai fait 6km en 1h30, ça va être long c't'histoire !
Surtout que ça monte, ça monte, ça monte... j'ai sorti les bâtons, oh lala comme ils me seront utiles ces bâtons !
Le deuxième ravito est à 9km, pour arriver à 1800m ; il y a encore bcp de monde sur le chemin, monotrace, on se suit, le rythme est correct mais pas dément... on avance, on avance, tranquillement.
Ensuite, ça descend jusqu'au 31ème km, enfin plus ou moins, disons que c'est plus roulant, ca va mieux, je peux courir et dégourdir un peu les jambes et les bras ; je commence à prendre mon rythme et à grappiller qq places.
Il ne fait pas très beau, voire froid par moment, du brouillard à 1500m, et un peu plus de soleil mais du vent au dessus des nuages, avec vue sur le Teide au loin, sur l'ile de Tenerife. On est au milieu de l'ile de La Palma, au milieu de nulle part, dans un décor unique, du noir volcanique, du sable, des cailloux à perte de vue, quelle sensation, c'est magique !
La grosse montée au pico de la cruz fait mal aux jambes, mais elle arrive au bon moment pour moi... elle fait tellement mal à tout le monde que je prends 600 places, entre le 31ème et le 42ème. Tout va bien mais déjà 8h de course et j'ai faim... il est 14h, il commence à faire chaud, j'ai besoin de me rafraichir et de mettre de la crème !!!
Bon bah mauvaise idée... je perds trop de tps... enfin pourtant non, j'ai pas l'impression... c'est surtout que l'on rejoint tous les coureurs du Marathon, qui sont sur la même portion de parcours ; il y a de nouveau trop de monde et qd je repars, je suis bloquée dans la file, qui n'avance pas à mon rythme... rrrr... erreur !!! Je perds 400 places émoticône frown Je manque encore d'expérience émoticône unsure
Sur le volcan, après 50km dans les jambes, difficile de prendre de la vitesse, je me traine... en plus, c'est pas très beau cet endroit... ça commence à faire long... vivement les descente, qui se fa
it attendre... !

Allez c'est parti pour 18km et 2400m de dénivelé négatif... ! Arf, que c'est dur en fait !!! Aie aie aie, c'est raide, et tellement technique ! Des grosses pierres de 30cm entassées n'importe comment, obligée de rebondir dessus comme un cabri, autant dire impossible à ce moment de la course, au bout de 11h d'effort... ça grimace à gauche, ça couine à droite, ça s'accroche comme ça peut... on est tous dans la même galère...
Je m'en sors pas trop mal sur la première portion, mais crac... baisse de concentration sur une portion plus roulante, et la cheville qui lâche. Je crie mais je ne m'arrête pas, ça changera quoi de toute façon ? émoticône unsure
Avant dernier ravito, j'ai encore faim, je mange n'importe quoi, et c'est reparti ! Mais là, c'est le trou noir pendant 3-4 km... J'en ai marre, je ne sais pas quoi faire avec cette cheville douloureuse et fragile, j'ai peur à chaque pas, je me fais doubler, je n'avance pas, je perds énormément de temps...
Puis le moral revient ! Pouf, d'un coup, je reprends confiance, et je reprends du poil de la bête... je redouble tous ceux qui m'ont doublée et fais une super descente jusque la plage, où se trouve le dernier ravito.
Je suis bien, je ne m'arrête même pas, je file dans la rivière asséchée, en courant émoticône wink
Il ne reste que 5km, finie la descente, je suis enthousiaste, bientôt l'arrivée !
Tout le monde marche, c'est vraiment la fin... Les corps et les têtes sont meurtris, je double pas mal de monde, ils en ont marre, çà se voit sur leur visage... ça souffle et ça sourit gentiment...
Et pourtant, ils ne sont pas au bout de leurs peines !!!
En effet, il y a 2km de raides montées pour accéder au village d'arrivée. Je souffle, je souffre, les jambes me brûlent, je bouillonne mais je serre les dents, je m'accroche, c'est la fin !!!
Voilà la route, sur du plat, il faut courir, c'est la fin... mais c'est le boulevard le plus large et le plus long de ma vie... il est 20h, c'est l'heure de l'apéro à los llanos de aridane... et l'ambiance est au top !
Des cris, des encouragements, les mains des enfants, c'est incroyable !
Et comme à chaque fois, je ne ressens plus rien sur les derniers 400m, la foulée s'allonge avec plaisir et voilà, je suis Finisher de la
Transvulcania 2016 !!!

Delphine PICHARD a participé à l'ultramarathon de la Transvulcania (Espagne)
Delphine PICHARD a participé à l'ultramarathon de la Transvulcania (Espagne)

Partager cet article

Repost 0